Laure Verdeau, Directrice de l’Agence BIO, vous invite à participer à la Matinale BIO du 16 avril prochain!

2e Matinale BIO – 16 avril 10h

Manger bio pour la planète : l’affichage environnemental peut-il orienter le choix des consommateurs ?

Selon le dernier baromètre de consommation et de perception des produits bio, 86% des Français pensent que manger bio contribue à préserver l’environnement. Ils sont également 52% à souhaiter davantage d’informations sur l’impact environnemental de l’agriculture biologique.

Dans ce contexte, comment présenter les bénéfices environnementaux de l’agriculture biologique et réassurer les consommateurs ? Un affichage environnemental peut-il être une solution ?

Nos invités – l’Ademe, l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique, la CLCL, des agriculteurs et des entreprises bio – apporteront leur expertise et débattront sur ce sujet.

Programme de la Matinale BIO du 16 avril
Je m’inscris à la Matinale BIO du 16 avril

Suivez-nous et interagissez dès maintenant sur les réseaux sociaux #lamatinalebio !

Une émission proposée par l’Agence BIO et animée par le journaliste Philippe Lefebvre, qui alternera débats, interviews et questions du public.

Retrouvez en replay la première émission la Matinale BIO “Le bio pour surmonter les bouleversements environnementaux et socio-économiques ?” diffusée le 19 janvier 2021.

Les femmes dans l’agriculture bio : témoignage de Stéphanie Pageot, éleveuse en Pays de la Loire

Parlez-nous de votre parcours dans l’agriculture biologique. Est ce que le métier d’agricultrice bio a évolué depuis vos débuts ?
J’ai toujours souhaité être agricultrice. Mon Père était éleveur dans les Vosges et j’allais régulièrement l’aider. Quand il est passé en bio en 1991, j’ai su très rapidement que c’était ce que je voulais faire; paysanne bio pour respecter les Femmes et Hommes, les animaux et bien sûr l’environnement, le sol, l’air, l’eau, la biodiversité, etc.
Au début les bio étaient considérés, dans le milieu agricole, comme des “arriérés”, des rétrogrades. Maintenant c’est plutôt l’inverse, ils sont reconnus comme avant-gardistes et très forts techniquement. Je suis installée en bio depuis 1998 et très fière d’être éleveuse bio depuis 23 ans.
Je m’investis également beaucoup dans le réseau des productrices et producteurs bio de la FNAB pour faire entendre notre vision de l’agriculture et de la bio et faire évoluer les politiques agricoles de la France et de l’Europe. J’en ai été la Présidente de 2013 à 2018.

En tant que femme, avez-vous été confrontée à des difficultés ? Ou au contraire, est-ce que cela vous a aidée ?
La place des femmes en agriculture n’est pas forcément facile. C’est un milieu très masculin et très patriarcal. Quand nous conduisons un tracteur et qu’en plus on a un engin derrière, nous sommes regardées comme des extra-terrestres, comme si nous ne serions pas capables de le faire.

Le pire je crois, pour la plupart des femmes agricultrices, c’est, quand un commercial ou un technicien (car là aussi ce sont souvent des hommes) vient sur nos fermes et demande: “où est le patron”, comme si nous ne pouvions pas être nous même patronne. C’est particulièrement agaçant!

Autre exemple : le matériel agricole est construit par les hommes pour les hommes, il est donc parfois très difficile à manipuler ou utiliser.

Il est donc nécessaire et urgent que le milieu agricole évolue et change de regard sur les femmes agricultrices car elles sont  de plus en plus nombreuses à être cheffes d’entreprises agricoles.

Comment les femmes peuvent-elles être motrices dans ce secteur  (Prendre la tête de structures, être au cœur de l’évolution de la filière, transmettre et communiquer sur ce métier…) ?
En 2017, la FNAB, avec le soutien de l’Agence bio, a fait une enquête auprès des femmes agricultrices bio. Elles sont souvent à l’initiative du passage en bio dans les fermes, à la fois parce qu’elles sont très sensibles à la santé de leur famille mais aussi sensibles aux enjeux environnementaux. Par ailleurs ce sont majoritairement elles qui assurent le travail administratif et comptable des fermes et sont donc au fait de la situation économique des fermes.

Enfin ce sont souvent les femmes qui sont créatrices de nouveaux ateliers sur la ferme, notamment pour recréer plus de lien avec les consommateurs-trices et leur expliquer ce qu’est l’agriculture biologique;

Comment voyez-vous la place des femmes évoluer dans ce secteur ? Quelle place imaginez-vous pour les femmes dans l’agriculture biologique de
demain ?
Demain les femmes agricultrices seront de plus en plus nombreuses; il y a beaucoup de femmes qui choisissent l’agriculture bio dans le cadre d’une reconversion professionnelle pour donner plus de sens à leur métier. A la FNAB nous essayons d’œuvrer pour qu’elles soient de plus en plus nombreuses à prendre des responsabilités syndicales ou politiques, pour apporter leurs visions de l’agriculture et faire évoluer cette dernière vers la transition agricole et donc la bio

Parlez-nous d’une femme que vous trouvez inspirante et qui soit actrice de l’agriculture biologique !
Vandana Shiva bien sûr! C’est une femme remarquable qui a créé un mouvement de lutte contre Monsanto et les OGM en Inde en se réappropriant des semences paysannes ; cela donne de l’indépendance et de l’autonomie aux paysannes indiennes. Elles peuvent nourrir leurs familles sans devoir à acheter des semences OGM ni des pesticides ; elles gagnent ainsi beaucoup mieux leur vie tout en respectant la nature.

PLEIN PHARE SUR LES HUILES VÉGÉTALES BIO !

Au rayon bio, on trouve les classiques huiles d’olive, de colza et de tournesol
mais aussi les huiles de chanvre, de pépins de raisin, de lin, de noix, de coco
et bien d’autres encore ! Comment s’y retrouver face à tant de diversité ? On vous explique tout !

Une huile bio, c’est quoi ?
C’est avant tout une huile fabriquée à partir de fruits ou de graines issus d’un
mode de production et de transformation respectueux de l’environnement et de la biodiversité, qui apporte des solutions face au changement climatique.

Comme les autres familles de produits bio, l’huile répond à un cahier des
charges strict et fait régulièrement l’objet de contrôles. Pour sa production,
pas d’engrais chimiques, de pesticides de synthèse ou d’OGM.

Pour reconnaitre une huile bio d’un seul coup d’œil, cherchez le logo
européen sur l’étiquette. Il est présent sur tous les produits bio alimentaires
pré-emballés dans l’Union européenne. La plupart du temps, une huile alimentaire végétale bio est contenu dans une bouteille en verre foncé, idéale pour sa conversation et la non-oxydation du produit. Souvent, elle est aussi “pressée à froid”. Autrement dit, les fruits et graines sont broyés et pressés mais jamais chauffés à plus de 50°C afin de bien garder toutes leurs propriétés.

Côté santé, quels sont les bénéfices ?
Le saviez-vous ? Comme le lait ou la viande, les huiles font partie des
aliments qui fournissent des acides gras essentiels. On retrouve par exemple
les oméga 3, 6 et 9 qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre
organisme ! Les huiles font partie de ce qu’on appelle le « bon gras », ne
vous en privez donc surtout pas. Variez leur consommation pour en tirer tous
les bienfaits et profiter de saveurs variées !

Et dans l’assiette ?
Pour l’assaisonnement, on recommande les huiles particulièrement riches en
oméga 3, essentiels pour notre cerveau et notre système cardiovasculaire.
Pour cela, on pense évidemment à la traditionnelle huile d’olive bio. Si vous
souhaitez jouer un peu avec les saveurs et rehausser le goût des aliments,
optez pour les huiles bio de noix, de noisette ou de lin.

Pour la cuisson, il est important d’utiliser une huile adaptée. Une huile
chauffée à température trop élevée peut se révéler toxique. Lisez bien les
étiquettes et veillez à ce que votre huile ne fume pas dans la poêle !
Pour les cuissons douces, privilégiez l’huile bio de tournesol. Pour faire sauter des légumes ou cuire de la viande à feu vif, tournez vous vers l’huile d’olive bio.

Côté pâtisseries, certaines recettes préconisent l’huile végétale pour
remplacer le beurre ! L’huile de colza et son goût neutre est alors idéale mais
si vous voulez ajouter une petite touche exotique, pensez par exemple à
l’huile de coco.

Consommer des huiles alimentaires végétales bio, c’est bon pour soi et
bon pour la planète !  Pour aller encore plus loin, pensez zéro-déchet en
achetant votre huile préférée en vrac ou dans des bidons grand format.

Le baromètre de consommation bio 2021 – Des courses à l’assiette, l’année Covid bouleverse tout, sauf les envies de bio !

DES COURSES À L’ASSIETTE,

L’ANNÉE COVID BOULEVERSE TOUT, SAUF LES ENVIES DE BIO !

2020, avec une crise sanitaire et des  contraintes  inédites, nous a poussés à repenser notre façon d’acheter et de manger.

Cela a-t-il modifié la croissance, chaque année confirmée, des produits d’alimentation bio ?

Quels sont les circuits d’achats qui ont eu la faveur des consommateurs de bio?

Le bio recrute-t-il de nouveaux profils ?

LES RÉPONSES DANS LE 18ÈME BAROMÈTRE DE LA CONSOMMATION ET DE PERCEPTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN FRANCE RÉALISÉ PAR SPIRIT INSIGHT POUR L’AGENCE BIO PRESENTE LORS DE LA CONFERENCE DE PRESSE DU 19 MARS

Le dossier de presse

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux #Bioen2021

Communiqué de Presse : Estérelle Payany sera la présidente de la 8ème édition des Trophées de l’Excellence BIO

8ème EDITION DES TROPHEES DE L’EXCELLENCE BIO Présidée par Estérelle Payany

Succès grandissant pour les Trophées de l’Excellence BIO : plus de 150 candidatures pour cette 8ème édition du concours ont afflué de toute la France métropolitaine et d’outre-mer, soit 30% de plus qu’en 2020. Ces trophées, dont le coup d’envoi a lieu chaque année en septembre sont désormais un temps fort annuel pour les professionnels du bio. Cette année, en raison de l’annulation du Salon International de l’Agriculture, la remise des prix se déroulera au mois de juin.

Les plus belles initiatives bio « exemplaires, innovantes et reproductibles » seront récompensées dans le cadre du Printemps BIO, dans deux catégories : Production pour les agriculteurs et Entreprises/Associations pour les structures de la transformation et de la distribution bio. Les Lauréats et Coups de Cœur du Jury remporteront respectivement chacun la somme de 6 000 € et de 1 500 €.

Le jury sera cette année présidé par Estérelle Payany, journaliste culinaire et autrice d’une trentaine de livres de recettes. Anciennement chroniqueuse dans On va déguster sur France Inter, elle est critique gastronomique pour le magazine Télérama Sortir.

Le mot de la présidente du jury :

« Être délicieux à déguster ne peut plus être la seule qualité attendue par un produit aujourd’hui. Pour être vraiment bon, il doit également s’inscrire dans l’écosystème, respecter les sols et l’environnement, prendre soin de la terre autant que des humains : bon à cultiver, bon à manger, bon à penser ! Voilà pourquoi mettre en valeur les démarches et les produits des agriculteurs travaillant en agriculture biologique me tient particulièrement à cœur. Je remercie l’Agence BIO de m’avoir confié ce rôle. »

Estérelle Payany sera entourée d’un jury composé des membres du conseil d’administration de l’Agence BIO, la Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB), La Coopération agricole, L’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), le Synabio, le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, le Ministère de la Transition Ecologique, ainsi que des représentants de plusieurs interprofessions agricoles, du Crédit Agricole, de l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB). Il se réunira au printemps pour sélectionner les lauréats et les coups de cœur du jury.

Nouveauté 2021 : « Un prix coup de cœur Nouvelle-Aquitaine »

Interbio Nouvelle Aquitaine et les caisses régionales du Crédit Agricole implantées dans la région s’associent pour proposer « un prix coup de cœur Nouvelle-Aquitaine ». Un jury régional se réunira après le jury national pour désigner leur coup de cœur et lui attribuera une prime de 1 000 €.

L’Agence BIO et le Crédit Agricole se réjouissent de cette initiative et souhaitent qu’elle puisse se développer dans l’ensemble des territoires.

Télécharger le communiqué au format PDF

Informations complémentaires et Presse :  Anne Basset Tel : 01 48 70 48 35 anne.basset@agencebio.org

Crédit Agricole SA – Service Presse Pauline Vasselle 01 43 23 07 31 pauline.vasselle@credit-agricole-sa.fr

Crédit Agricole SA- Service Presse Olivier Tassain 01 43 23 25 41 olivier.tassain@credit-agricole-sa.fr

Accélérez votre projet bio en participant au Natexbio Challenge !

Vous avez un projet un projet bio dans la transformation ou la distribution bio et votre entreprise à moins de 3 ans ? N’hésitez pas à candidater jusqu’au 31 mars au Natexbio Challenge afin de donner un coup de boost à votre projet!

Parmi plusieurs dizaines de propositions, dix auront la chance d’être défendues devant un jury de professionnels de la bio. Les 3 lauréats remporteront une subvention leur permettant de concrétiser leur projet. Ils bénéficieront d’un accompagnement personnalisé de la part de la fédération comprenant une meilleure visibilité de leur projet et des contacts privilégiés avec les acteurs de la filière biologique.

Natexbio Challenge est organisé pour la troisième année consécutive par Natexbio, la fédération des entreprises de transformation et de distribution de produits biologiques et écologiques, afin de soutenir et accompagner les projets en faveur de la bio et les solutions innovantes liées à la transformation ou à la distribution de produits bio.

L’Agence BIO est partenaire de Natexbio Challenge. Laure Verdeau est notamment membre du Jury.

LA VIANDE BIO : UN + POUR MOI ET LA PLANÈTE

En quelques années, le bio est devenu une évidence pour de nombreux
consommateurs. Dans le Baromètre de consommation et de perception des
produits biologiques publié en février 2020 par l’ Agence BIO, il apparait que
9 Français sur 10 consomment des produits bio au moins une fois par mois.
En 2020, l’IFOP en partenariat avec Interbev a également réalisé un sondage dans lequel 90% des personnes interrogées disent consommer des aliments bio ! Et parmi celles qui consomment de la viande, 72% déclarent manger de la viande bio. C’est 13 points de plus qu’en 2015. À l’image du bio en général, la viande bio confirme donc son succès auprès des Français, années après années ! Mais au fait, c’est quoi la viande bio ?

LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

En vous tournant vers la viande bio, vous faites assurément le choix d’un
produit qui prend soin des animaux ! Ils ont tous accès à un parcours
extérieur et chacun dispose aussi d’un espace intérieur aéré, spacieux et
lumineux, avec une surface minimum afin de se mouvoir librement. En un
mot : confortable !

Dans leurs mangeoires, on retrouve bien évidemment une alimentation
exclusivement bio. Au menu pour le porc et les volailles, des céréales
cultivées directement par l’éleveur ou provenant des fermes voisines. Pour
les bovins et les porcs, c’est généralement de l’herbe ou des pâturages.

Côté santé, celle des bêtes est principalement axée sur la prévention et leurs
défenses naturelles sont stimulées. Lorsque le recours à des médicaments
est nécessaire, les médecines douces sont toujours favorisées. Pour plus de
détails sur le respect du bien-être animal dans les élevages bio, cliquez ici.

LE RESPECT DE L’ENVIRONNEMENT

En choisissant une viande bio, vous faites aussi un geste pour la planète ! Et
oui, les élevages bio protègent à la fois les sols et la biodiversité… Cela
passe notamment par ce qu’on appelle le « lien au sol » : les animaux ont
accès à un parcours extérieurs et pâturent dès que les conditions le
permettent mais c’est aussi pour les éleveurs l’obligation d’épandre les
effluents biologiques sur des surfaces agricoles biologiques.
Objectif : utiliser au mieux les cycles naturels !

Pour fertiliser les sols, les éleveurs privilégient des techniques naturelles
avec par exemples l’utilisation des déjections animales, les désherbage
mécaniques ou encore le recours aux huiles essentielles pour éloigner les
insectes.

Enfin, pour travailler au maximum dans le respect de l’environnement, les
agriculteurs bio sont aussi très attentifs à leurs émissions carbone, qu’ils
compensent en pratiquant l’agroforesterie. Concrètement, ils associent sur
une même parcelle des bêtes mais aussi des arbres et des cultures. Cela
leur permet de créer un micro-climat favorable à la biodiversité et à
l’augmentation des rendements, tout en gérant mieux leurs ressources !

Vous l’aurez compris, acheter de la viande bio, c’est s’offrir une viande de
qualité ! C’est aussi soutenir des éleveurs passionnés et engagés dans une
démarche durable. Nous avons rencontré certains d’entre eux, comme par
exemple Sylvain éleveur de porcs, Jocelyne éleveuse de bovins ou
Jean-Marie éleveur et président de la structure Viandes Bio.

5 BONNES RÉSOLUTIONS POUR UNE ANNÉE BIO & ÉCOLO

Le mois de janvier n’est pas terminé, il est donc encore temps pour nous de
vous souhaiter une très belle année et de parler « bonnes résolutions » !
L’année 2020, on s’en souviendra… Elle a bousculé notre quotidien et nous
avons du faire preuve de beaucoup de résilience. Elle a aussi permis
l’émergence de nouvelles tendances de consommation, notamment en
matière d’alimentation. Pendant le 1er confinement, les produits issus de
l’agriculture biologique ont ainsi conquis 8% de nouveaux acheteurs !
Mais comme on l’expliquait déjà ici, le BIO s’ancre dorénavant dans une
démarche globale : « consommer moins mais mieux ». Comment pérenniser
ces nouvelles habitudes en 2021 ? Voici quelques clés.

QUAND JE FAIS MES COURSES

1 – J’ai toujours en tête le trio gagnant « bio, local et de saison »

Consommer bio, local et de saison, c’est l’idéal ! Si vous avez du mal à vous
y retrouver, téléchargez sur votre téléphone notre calendrier des fruits et
légumes de saison. Il vous sera d’une grande aide face aux étals de votre
magasin/marché/producteur bio préféré. On vous promet que même en plein
hiver, vous aurez l’embarras du choix entre les choux, les courges, les
endives, les épinards, les poireaux…la liste est longue. L’avantage, c’est que
tous ces produits de saison poussent forcément près de chez vous ! Inutile
de les faire venir de l’autre bout du monde.

2 – Je choisis du poisson et de la viande issus de filières responsables

En agriculture biologique, l’élevage est encadré par le règlement européen
afin de mettre en œuvre des pratiques respectueuses du bien-être animal
notamment. Consommer de la viande bio, c’est donc la garantie d’un produit
éthique et de qualité. Cliquez ici pour en savoir plus. Coté poisson, référez-vous à l’écolabel « Pêche Durable » qui existe depuis 2017. Il certifie aux
consommateurs que les produits répondent à des exigences
environnementales, économiques et sociales. Bonus : la traçabilité est
garantie !

3 – Je privilégie le vrac

Pour limiter l’usage du plastique et du carton, le vrac est votre allié !
Lorsque vous faites vos courses, pensez systématiquement à prendre un
cabas réutilisable ou « tote-bag » avec vous. Gaspillage évité et zéro centime
dépensé ! Vous vous apprêtez à faire le plein de céréales, oléagineux et
autres aliments secs ? Servez-vous directement dans un sachet plutôt que
d’acheter une boîte déjà faite. Et lorsque vous n’avez pas le choix, privilégiez
les marques qui proposent des emballages biodégradables.

À LA MAISON

4 – Je limite le gaspillage

Réduire le gaspillage à table = réduire le poids des poubelles = faire des
économies ! Cela s’inscrit aussi dans une prise de conscience écologique :
en consommant mieux, on réduit son impact et on contribue à préserver les
ressources de la planète. Alors… place au zéro-déchet en cuisine ! Par
exemple, donnez une seconde vie aux épluchures avec un pesto de fanes
de carottes ou des chips de peau de pommes de terre. Vous trouverez
d’autres astuces ici. De manière générale, préférez la qualité à la quantité !

5 – Je fais au maximum moi même

Un plat fait maison avec amour sera toujours bien meilleur qu’un plat
préparé ! Il sera aussi bien plus riche en nutriments, bien plus pauvre en
additifs et conservateurs et souvent…moins cher.
Alors bon appétit et excellente année 2021 !

Laure VERDEAU, nouvelle directrice de l’Agence BIO

Laure Verdeau a pris la direction de l’Agence BIO le lundi 11 janvier.

Spécialiste du secteur alimentaire, Laure Verdeau a accompagné depuis 10 ans plus d’une centaine de petites et moyennes entreprises françaises dans leur stratégie de développement.
D’abord en tant que consultante indépendante, puis à partir de 2016 au sein de Bpifrance. Pour ce faire, son crédo a été la montée en gamme, notamment vers la labellisation Agriculture Biologique. Chez Bpifrance, elle a structuré l’accompagnement du secteur agroalimentaire afin de tirer parti de la transition alimentaire.
Par ailleurs diplômée de l’ESSEC et Sciences Po Paris, Laure Verdeau a démarré sa carrière chez Bain & Company, cabinet de conseil en stratégie.

Pour Laure Verdeau : « Je me réjouis de rejoindre l’Agence BIO pour amplifier la transition en cours vers un nouveau modèle alimentaire et agricole. L’appétit pour les produits bio étant en plein essor, il est crucial d’accompagner ce changement d’échelle avec une lisibilité accrue du bio. Augmentation de la SAU bio, structuration des filières bio, bio en restauration collective, accessibilité du bio… avec les équipes d’experts de l’Agence nous relèverons ces défis en renforçant les synergies entre les acteurs qui oeuvrent à produire bio, tout en préservant l’environnement et en créant de l’emploi dans les territoires. »

Pour Philippe Henry, Président de l’Agence BIO : « En ce début 2021, le bio poursuit et consolide sa croissance. Ce sont depuis toujours des hommes et des femmes engagés, de plus en plus nombreux, souhaitant donner du sens à leur action, qui sont le socle de l’agriculture biologique. C’est encore plus vrai pour toute une partie de la jeunesse. L’expérience et l’énergie de Laure Verdeau viendront renforcer cette belle dynamique collective : Bienvenue à elle ! »

Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse ici

Lancement de l’AAP Plan de relance du Fonds Avenir Bio

 

Un nouvel appel à projets du Fonds Avenir Bio est lancé  le 13 janvier 2021, pour une clôture le 1er septembre 2022.

Le Fonds Avenir Bio est fortement revalorisé et désormais doté de 13 millions d’euros par an de 2021 à 2022 grâce au volet « transition agricole » du plan de relance gouvernemental.

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et l’Agence BIO souhaitent ainsi accélérer le développement de la production biologique grâce à l’augmentation importante du nombre des projets soutenus.

Dans un contexte de crise sanitaire, cette mesure dédiée du plan de relance permettra de soutenir et de financer des investissements matériels et immatériels. Tout opérateur économique, du producteur au transformateur, impliqué dans l’agriculture biologique et dans un projet partenarial de filière pourra bénéficier de ce fonds : sociétés, coopératives, associations ou groupements d’opérateurs exerçant une activité économique.

Pour plus d’informations : L’Espace candidature, la page Fonds Avenir Bio et La foire aux questions

L’agriculture bio dans le monde

L’Agence BIO a mis à jour sa publication sur l’agriculture bio dans le monde.

Télécharger le carnet Monde 2020

103 pays s’étaient dotés d’une réglementation pour l’agriculture biologique fin 2019.

Le marché bio mondial a atteint 103,5 milliards d’euros en 2018 et a dépassé 112 milliards d’euros en 2019.

La surface mondiale cultivée suivant le mode biologique  est estimée à près de 71,5 millions d’hectares fin 2018. Elle représentait 1,5 % de l’ensemble du territoire agricole des pays enquêtés. Près de 2,8 millions d’exploitations agricoles certifiées bio ont été enregistrées en 2018.

L’Agence BIO a déménagé !

Nous vous souhaitons tout d’abord une très bonne année 2021.

Nos nouveaux locaux (tout proches des anciens) se situent 12 rue Henri
Rol-Tanguy 93100 Montreuil.

Durant tout le mois de janvier, il sera préférable de nous contacter par mail. 
Vous trouverez ci-dessous les e-mails de l’ensemble des pôles de l’Agence BIO :

– Notification : notification@agencebio.org
– Avenir BIO – Structuration de filières : avenirbio@agencebio.org
– Observatoire : observatoire@agencebio.org
– Environnement & Territoires : anne.basset@agencebio.org
– Communication : communication@agencebio.org
– Marque AB : marqueab@agencebio.org
– Direction et facturation : secretariat@agencebio.org

DES FÊTES DE FIN D’ANNÉE BIO & RESPONSABLES, SANS SE RUINER !

Les fêtes de fin d’année approchent… enfin la pause hivernale tant attendue
et les retrouvailles familiales (en petit comité et dans le respect des gestes
barrière) ! Mais cette période festive est aussi synonyme de
surconsommation, de gaspillage alimentaire et de surplus de déchets. Si on
changeait un peu les choses cette fois-ci, à commencer par nos assiettes ?
Vous avez envie d’un repas de réveillon plus responsable mais vous ne
savez pas comment vous y prendre ? Voici quelques idées.

CHOISIR DES PRODUITS DE SAISON, QUI NE VIENNENT PAS DE
L’AUTRE BOUT DE LA PLANÈTE

Pour les fruits et légumes, on mise tout sur les produits de saison. Quelques
exemples côté salé : choux verts, blancs ou rouges, courges, brocolis ou
encore endives, sans oublier les pommes de terre. Vous avez l’embarras du
choix ! Pour une note sucrée, on pense évidemment aux clémentines bio,
pleines de vitamines. Les kiwis français, les pommes et les poires ne sont
pas en reste pour ravir vos convives en fin de repas. Retrouvez sur le site de
l’Agence BIO notre calendrier avec tous les fruits et légumes d’hiver.

Vous l’aurez compris, des produits de saison c’est bien, des produits locaux
et si possible issus de circuits courts, c’est encore mieux. Pourquoi nous
direz-vous ? Cela permet d’entretenir le lien entre producteurs et
consommateurs et de soutenir les agriculteurs et petits commerces qui ont
été fragilisés par le crise sanitaire.

Consommer local, c’est d’ailleurs une habitude qui semble avoir conquis un certain nombre de Français ces derniers mois.

BIEN SÉLECTIONNER SA VIANDE ET SON POISSON

Si vous ne pouvez vous passer des traditionnels chapons, dindes ou viandes blanche ou rouge, privilégiez les élevages bio ! Ils vous garantiront des pratiques respectueuses du bien-être animal et de l’environnement. Vous cherchez des idées de recettes originales et savoureuses ? Faites un tour par ici. Amateurs de foie gras,
vous n’en trouverez pas au rayon bio car la pratique du gavage n’est pas
autorisée par la règlementation européenne en agriculture biologique.

Pour les saumons, coquilles Saint-Jacques ou huitres, véritables stars des
menus de réveillons, choisissez autant que possible des produits issus de la
pêche durable. Par exemple, les huîtres bio du bassin d’Arcachon ou celles
de Camargue sont d’excellents choix si vous recherchez un produit durable et
responsable.

NE RIEN JETER (OU PRESQUE)

Pour limiter au maximum le gaspillage et faire des économies en cette
période, donnez une seconde vie aux épluchures ! Petit rappel, les fruits et légumes bio sont cultivés sans pesticides chimiques de synthèse, on peut donc manger leur peau.

Avez-vous déjà essayé de faire un pesto avec vos fanes de carottes pour l’apéritif ? C’est délicieux. On ne vous parle même pas des
chips d’épluchures : butternut ou pommes de terre, à vous de jouer !

Autre astuce pour ne pas perdre une miette de votre festin : demandez à vos
invités d’apporter des contenants. Ils pourront ainsi emporter les restes de
nourriture chez eux et continueront d’en profiter les jours suivants.

De manière générale, préférez la qualité à la quantité !

Enfin, pour aller plus loin dans la logique du «zéro déchet», pensez à acheter
vos céréales, oléagineux et autres aliments secs au rayon vrac de vos
commerces favoris.

Consommer bio, c’est aussi consommer mieux ! Bonnes fêtes de fin d’année
et bon appétit !

 

Trophées de l’Excellence Bio : candidatez jusqu’au 28 janvier 2021

Organisé par l’Agence Bio et le Crédit Agricole, ce concours a pour objectif de faire émerger et soutenir des initiatives exemplaires, innovantes et reproductibles de tous les acteurs de l’agriculture biologique.

Ouvert à tous les acteurs professionnels et à toutes les entreprises des filières biologiques, qu’ils soient producteurs, transformateurs, distributeurs ou associations, les candidats ont jusqu’au 28 janvier 2021 pour adresser leur dossier.

Récompenses : Un lauréat sera désigné dans chacune des 2 catégories ( Producteurs et Entreprises/Associations). Ils recevront chacun la somme de 6000 €.

2 “coups de coeur” du jury seront désignés et recevront la somme de 1500 € chacun.

Nouveauté 2021 : Les caisses régionales du Crédit Agricole de la région de Nouvelle- Aquitaine et Interbio Nouvelle-Aquitaine organiseront en partenariat un jury régional qui décernera le « coup de coeur Nouvelle- Aquitaine » qui recevra la somme de 1000€.

Télécharger le Règlement du Concours

Dossier de Candidature Trophées de l’Excellence BIO

Informations complémentaires : concours@agencebio.org Anne Basset 01.48.70. 48.35

Consultation publique pour une alimentation durable et favorable à la santé

Notre secteur alimentaire français se caractérise par de formidables opportunités mais doit aussi faire face à des défis majeurs. L’augmentation de la démographie, l’évolution des habitudes alimentaires, les liens entre la qualité de l’alimentation et la santé, l’impératif de transition écologique pour la production agricole etc. Tout ceci appelle à une évolution de l’offre alimentaire qui constitue un levier de développement pour l’ensemble des acteurs du secteur.

Parallèlement, le secteur agricole et agroalimentaire français a subi une diminution du nombre de parts de marché à l’export entre 2000 et 2015, essentiellement en raison d’une baisse de compétitivité.

Cette stratégie doit répondre à trois enjeux cardinaux :

      • L’amélioration de la qualité nutritionnelle et plus généralement des répercussions de l’alimentation sur la santé, en contribuant notamment à l’atteinte des objectifs du programme national de l’alimentation et de la nutrition (PNAN) ;
      • La contribution à la transition écologique de l’ensemble de la chaîne alimentaire ;
      • La création d’emplois dans le secteur agricole et agroalimentaire, et l’augmentation de la qualité des produits, plus qualitatifs, sains, durables, adaptés aux besoins de chacun, tout en restant compétitifs et abordables.

En organisant cette consultation publique, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation cherche à recueillir l’avis des acteurs de la société civile, des experts et des professionnels concernés par les enjeux alimentaires. Ces retours permettront de préciser le contenu de cette stratégie et de fixer les priorités.

La période de consultation est ouverte du 3 décembre 2020 au 15 janvier 2021 minuit.

Pour en savoir plus